The Beast Within

Je ne me considère vraiment pas comme homophobe. Je suis un intégriste du respect de la vie privée. Le choix de ses attaches affectives, de ses pratiques, de sa vie privée de manière générale ne doit pas relever des choix de l’état, ni souffrir du regard des autres.

Je suis, dans ce mouvement de pensée, pour la reconnaissance civile des unions indépendamment du sexe, et du genre des conjoints, et favorable à une adoption neutre au regard des choix de vie des parents.

Je pense que cela me place, dans notre société, assez loin de l’homophobie latente; en tout cas dans mon entourage large je suis clairement « progressiste » sur ce plan.

Et pourtant…

Farfouillant sur twitter et internet, je tombe sur la filmographie de Katie Holmes, je remarque qu’elle a eu un rôle mineur dans Ice Storm, un film de Ang Lee qui m’avait vraiment marqué, et que je trouve vraiment bon (je vous le recommande chaudement).

J’avais découvert Ang Lee il y a une quinzaine d’années, lorsqu’une amie d’origine Hong-Kongaise m’avait conseillé Garçon d’Honneur, que j’avais également énormément apprécié. Plus tard, le réalisateur a sorti Le Secret de Brokeback Mountain que j’ai mis pas mal de temps à voir, question de disponibilité, d’envie….

Un autre réalisateur chinois a marqué ma relation au cinéma, ou plus exactement, Un réalisateur chinois a marqué ma relation au Cinéma. Il s’agit de Wong Kar Wai. Je crois que je suis vraiment tombé dans la cinéphilie lorsque j’ai vu Les Anges Déchus. Ça a été une découverte, suite à laquelle j’ai littéralement fait la chasse à toutes les oeuvres du réalisateur. D’abord en VHS VOST de chez BMG, en import VHS sous-titré anglais, en import VO sous-titré mandarin/anglais. Aucune mesure.

En 1998 j’achetais une VHS en VO ST anglais de Happy Together que je n’ai pas regardée tout de suite. Peu de temps après je passais au DVD, le temps passait. Plusieurs fois je me demandais si je regarderais le film de Wong Kar Wai, mais non, pour une bonne raison ou une autre. Les années ont passé, ma vie a changé, j’ai vu de tout en manière de cinéma, du pire au meilleur, du plus facile au plus dur. Mais toujours pas Happy Together…

En faisant le lien Katie Holmes, Ice Storm, Brokeback Mountain, Ang Lee, Wong Kar Wai, Happy Together, j’ai compris. Compris toutes ces bonnes raisons de ne pas le regarder, la fatigue, l’envie d’un film plus simple, l’attrait pas trop fort pour l’Argentine, où se déroule le film…

En fait de bonnes raisons, ce qui fait que, depuis bientôt 20 ans, je n’ai toujours pas vu un des films de mon réalisateur préféré, celui dont j’ai vu tous les autres films ad nauseam, c’est tout simplement que s’est enkysté au fond de moi un malaise. Je n’ai, toutes ses années durant, pas voulu voir ce film car il racontait la vie de deux homos. J’ai découvert, que malgré toutes les bonnes pensée, la belle image que je me fais de mon ouverture… malgré tout cela, en moi, il y a cette homophobie que je n’ais jusque là jamais su dire.

Il y a des jours comme cela ou on a envie que la psychanalyse fonctionne vraiment, qu’il suffise de nommer un mal pour l’exorciser. Il y a des jours où on voudrait rejeter la faute sur la société, l’éducation, les autres. Mais il ne faut pas se voiler la face. La bête est en nous, au fond de chacun… au fond de moi…..

Be Sociable, Share!

7 Responses to The Beast Within

  1. même pas une question d’homophobie, par exempel sur les mangas il y a des mangas spécialement pour les gay (yaoï) les histoires sont chiantes au possible…
    Soyons honnête Brokeback Mountain… on s’en fou de l’histoire des 2 homos… C’est chiant il ne se passe rien et c’est tout ;) C’est le problème de tous ces divertissements basés sur la sexualités des personnages, ça passe en avant et on laisse le scénario de coté.
    Iron Man avec des gays dedans… bah ça marcherait bien car y a de l’action et tout ça… Citez moi un film d’action avec des gay en héros ? … ahah !

  2. Et si plutôt, tout simplement, tu n’as pas regardé ce film parce qu’il évoque une relation homosexuelle qui ne correspond pas à ta sexualité et dans laquelle, de fait, tu prévis de ne pas te reconnaître ? À tort ou à raison, là n’est pas la question. Mais plutôt qu’une homophobie rampante, peut-être est-ce simplement ton intérêt pour une situation qui t’est étrangère qui est trop faible pour te donner d’enfourner la galette dans le lecteur… Tout comme tu pourrais ne pas être du tout tenté de voir un film de gangsters des années 50, estimant que ce genre, cette période, te feront bâiller.

  3. Je ne vois pas en quoi cela est un problème. On a tous des trucs avec lesquels on est pas à l’aise, que ce soit rationnel ou pas, en accord avec nos autres opinions ou pas.

    L’important c’est que tu essayes ou non d’imposer cela aux autres.

    Il y a une différence entre être mal à l’aise avec XXX et vouloir imposer sa vision de XXX à tous, en faire un choix de société. Que XXX soit l’homosexualité ou tout autre chose. Différence que tu sembles très bien faire.

  4. Très bon billet en effet (merci @gchampeau) mais je ne pense pas que cela soit de l’homophobie. Sinon on est tous un peu homophobe, tous un peu raciste ou xénophobe, on a tous une aversion envers les handicapés etc…

    Bon par, Wong Kar Wai très bien les anges déchus ou les années sauvages mais les cendres du temps ont eu raison de moi, depuis je n’ai pas pu regarder un autre film de sa filmo…. (oh putain si ça se trouve je suis WongKarWaiphobe :-O

    • Les cendres du temps est un film dur à trouver (dans le sens qu’il est difficile d’y trouver l’intérêt qui le fait apprécier).C’est un film que j’ai d’abord v deux trois fois avant de le montrer à d’autre, presque au second degré. Mais j’ai finit par l’apprécier énormément; Il est réalisé avec un détachement, une lenteur qui lui donnent une vie intérieure qui au final est très riche. Mais c’est définitivement un film à laisser de côté dans la filmo de WKW.

      IMHO son film le plus intéressant est Les années Sauvage. Chungking a une fraicheur qui lui donen un grand intérêt. J’ai forcément un faible pour les anges déchus, mais sans aucune objectivité vu ma relation au film…

      In the Mood est a mon avis à voir après les autres pour ne pas passer à côté du réalisateur, une approche trop superficielle fait perdre bp de son intérêt au film, alors qu’il est facile d’en rester à ce niveau. 2046 peut s’oublier.

      J’ai bien aimé as tears go by aussi…

  5. n’a-t-on donc plus la possibilité de ne pas aimer ce qui nous semble (consciemment ou non) dangereux et qui nous fait peur? A trop reflechir on tombe dans l’extremisme, bientôt on condamnera l’absence de difference.

  6. Réponse collective:

    Bien entendu, le problème n’est pas une absence d’intérêt pour l’histoire de deux homos, au contraire, cela fait partie des « bonnes excuses » évoquées dans le billet. Je n’ai pas vu le film par rejet; parce que je me sentais agressé par cette irruption dans mon intimité.

    Ce blocage s’est créé en moi à un moment de ma relation à ce film, c’est pourquoi j’ai parlé de kyste. Alors que plus tard d’autres films ne provoquaient pas cette réaction, Happy Together a continué de le faire. Si j’ai écrit ce billet c’est que clairement j’assimile le ressenti à un ressenti homophobe, c’est à dire à un rejet d’une vie sur laquelle je devrais porter un regard extérieur.

    Si je m’en désintéressais, si j’avais une crainte d’ennui envers le film je n’aurais pas parlé d’homophobie. J’ai un ressenti de jugement, malgré moi, qui restait inconscient, sur cette relation et c’est ce dont je parle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>