Amazon c est la zone – coup de gueule de libraire

Je reprends ici in extenso un coup de gueule de libraires indépendants. Ce texte exprime le désarrois de petits et moyens libraires qui sont, particulièrement en ces périodes de fin d années, concurrencés par le commerce en ligne.

Je n adhère pas forcément à tout les points de vue exprimés dans ce texte, et a vrai dire j ai décidé de le publier avant de l’avoir lu. Mais je pense que l activité de libraire comme commerce de proximité prend une place importance dans le développement culturel des villes moyennes.

Je vous laisse donc découvrir ce texte, cet appel, ce sentiment exprimés par les/des libraires qui ont toute mon estime.

PS: je me dois de préciser que j ai dans mon entourage familial des libraires ayant participé à l élaboration de ce texte.

===

Depuis quelque temps, nous sommes soumis à une communication très forte de l’enseigne AMAZON, largement relayée par les medias. AMAZON serait l’enseigne préférée des Français, créerait des milliers d’emplois quand elle implante une plateforme logistique, récupérant ainsi une image positive, les élus locaux déroulent le tapis rouge etc….
Il est temps de dénoncer ce qui est une véritable imposture et de dire à nos consommateurs de livres: n’achetez surtout pas chez AMAZON mais chez votre libraire! Et vous y gagnerez énormément!
En effet :

1) Le prix: Les livres chez AMAZON sont au même prix que chez votre libraire*

2) Le nombre de références: Votre libraire a accès au même nombre de références et à la même base de données de l’édition française que celle utilisée par AMAZON.

3) Les délais: Votre libraire vous procure votre livre immédiatement s’il l’a en stock et sous 2 à 4 jours s’il doit le commander.

4) L’écologie: Votre libraire reçoit les livres par palette de 400kg soit environ 1000 ouvrages tous formats confondus ce qui est bien plus écologique que d’envoyer 1000 colis par pack poste.

5) La suppression d’emplois :
Toute création d’emploi chez AMAZON supprime quasi mécaniquement 1,5 à 2 emplois chez votre libraire, mais ceux-là on n’en parle pas : c’est la petite librairie qui ferme, discrètement et sans tapage ou qui licencie progressivement…. et il est politiquement plus porteur pour un élu local ou un ministre d’annoncer la création de 1000 emplois d’un coup que la suppression connexe de 2000 libraires.

6) La délocalisation économique et l’aberration des subventions des collectivités locales:
Toute commande effectuée sur le site de ce cybermarchand diminue indirectement la recette fiscale locale, donc augmente vos impôts locaux et diminue également la recette fiscale du pays puisque cette société, dont le siège européen est basé au Luxembourg paie une part infime de l’impôt sur ses bénéfices en France, grâce à une optimisation fiscale extrêmement sophistiquée.
Et pourtant, malgré ce comportement peu éthique, l’implantation du dernier site d’AMAZON à CHALON sur SAONE en France est subventionnée par nos élus locaux à des niveaux stupéfiants : 4500€ par emploi créé **(ou plus exactement pour la suppression de 2 emplois !) et cela avec vos impôts. Cherchez l’erreur……..

7) La survie de votre centre-ville :
Une ville ne survit que grâce à son animation commerciale et culturelle. En tant que client, vous en êtes un des acteurs essentiels : Prenez-en conscience ! Votre centre-ville c’est le forum des Romains ou l’Agora des Grecs : c’est un creuset indispensable au vrai lien social. Votre libraire est au centre-ville et en est un des animateurs vitaux avec des libraires en chair et en os pour vous conseiller et vous accueillir. C’est autre chose qu’un entrepôt logistique avec lequel vous dialoguez par écran interposé.

8) Etes-vous vraiment un hyper-capitaliste ?
Amazon, c’est 48 milliards de $ de chiffre d’affaires. Avez-vous vraiment envie d’apporter votre obole à ce géant qui essaie par tous les moyens de vous lier à son business (tablette numérique non ouverte, déréférencement des éditeurs qui n’accepteraient pas leurs conditions, etc….) et qui de plus se comporte en spécialiste de l’évasion fiscale légale et organisée?

En conclusion, pour trouver un bon livre, n’allez pas en Amazonie, allez chez votre libraire!

*Votre libraire vous consent le maximum de remise autorisée sur le livre, soit 5%, par le biais de sa carte de fidélité.
**(la tribune 25/06/2012)

Be Sociable, Share!

One Response to Amazon c est la zone – coup de gueule de libraire

  1. merci La suppression d’emplois AMAZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *