Infusion des oeuvres de l’esprit

Les rencontres organisées sur le domaine public par Isabelle Attard à l’Assemblée Nationale en ce jour; ainsi que les échanges récents et divers que j’ai pu avoir sur twitter, m’ont permis de repenser aux questions de privauté et d’échanges d’œuvres de l’esprit. La notion de diffusion, que je dois approfondir encore car non originellement prévue dans la PI, doit être mise en relation avec les échanges privés d’œuvres.
Pour moi, le cercle privé est en dehors de la notion de monopôle accordé à l’auteur, car hors du contrôle de la société, mais domaine des libertés individuelles – cf. Hannah Arendt. Jusque là, l’appréhension des réseaux p2p dans le contexte public-privé me posait problème car on pouvait arriver au même effet que la diffusion/distribution d’un œuvre, uniquement par effet d’échanges purement privés. Peut-on différencier les causes quand les effets sont identiques?
Et soudain m’est venue la notion d’infusion d’ouvre. On n’est pas dans la diffusion, car les liens de transmission sont tous privatifs, et interpersonnels. Mais on est tout de même dans la transmission à grande échelle. Peut-on encore traiter les échanges inter personnels comme des échanges privés dès lors que leur effet est une transmission à grande échelle?
Mais finalement la situation est-elle différente du bouche à oreille qui peut diffuser une dépêche d’information ? Je ne le crois finalement pas. Quelque soit l’effet macroscopique, aux termes de la propriété intellectuelle et du respect de la privauté, ce qui compte c’est la qualité de l’échange inter personnel et pas l’effet macroscopique. L’infusion d’œuvre de l’esprit peut bel et bien se réalisé sous couvert d’usages privatifs des œuvres, hors du monopole des auteurs.

Internet des campagnes et des campagnes

J’ai lu avec effarement les propos tenus par un éminent géographe à rue89 sur les projets de déploiement de l’accès internet à très haut débit y compris dans le monde rural. Il se trouve que je travaille au quotidien avec des habitants ruraux confrontés aux limites de leur accès à internet j’ai donc une vague idée des besoins qui existent aujourd’hui et qui ne sont pas satisfaits.

Read more »

Une décision en rêve … Hadopi/VLC

Voici ce à quoi pourrait ressembler une décision Hadopi sur la erquète VLC.

Vu l’Article L. 331-33 ensemble l’article  L. 331-31 du Code de la Propriété Intellectuelle donnant mission à la HADOPI de régulation des Mesures techniques de protection visées à l’article L 331-5, et permettant à tout bénéficiaire des exceptions mentionnées au 2° de l’article L. 331-31 de la saisir;

Vu l’article L. 331-5 du Code de la Propriété Intellectuelle protégeant les mesures techniques de protection destinées à empêcher ou à limiter les utilisations non autorisées par les titulaires d’un droit d’auteur ou d’un droit voisin du droit d’auteur d’une œuvre;
… …
N’ayant pu établir que les mesures mises en œuvre pour la protection contre la copie des disques BluRay soient destinées à empêcher ou limiter les utilisations non autorisées par les titulaires d’un droit, en ce qu’elles contrôlent les droits acquis par les fabriquant de matériels destinés à leur lecture et non les droits exercés par les utilisateurs de tels disques;

Conclus que ces systèmes n’entrent pas dans le périmètre de sa mission de régulation des mesures techniques telles que définies à l’article L. 331-33

Se déclare incompétence sur la question posée.

Je retourne rêver… Read more »

Amazon c est la zone – coup de gueule de libraire

Je reprends ici in extenso un coup de gueule de libraires indépendants. Ce texte exprime le désarrois de petits et moyens libraires qui sont, particulièrement en ces périodes de fin d années, concurrencés par le commerce en ligne.

Je n adhère pas forcément à tout les points de vue exprimés dans ce texte, et a vrai dire j ai décidé de le publier avant de l’avoir lu. Mais je pense que l activité de libraire comme commerce de proximité prend une place importance dans le développement culturel des villes moyennes.

Je vous laisse donc découvrir ce texte, cet appel, ce sentiment exprimés par les/des libraires qui ont toute mon estime.

PS: je me dois de préciser que j ai dans mon entourage familial des libraires ayant participé à l élaboration de ce texte.

===

Depuis quelque temps, nous sommes soumis à une communication très forte de l’enseigne AMAZON, largement relayée par les medias. AMAZON serait l’enseigne préférée des Français, créerait des milliers d’emplois quand elle implante une plateforme logistique, récupérant ainsi une image positive, les élus locaux déroulent le tapis rouge etc….
Il est temps de dénoncer ce qui est une véritable imposture et de dire à nos consommateurs de livres: n’achetez surtout pas chez AMAZON mais chez votre libraire! Et vous y gagnerez énormément!
En effet :

1) Le prix: Les livres chez AMAZON sont au même prix que chez votre libraire*

2) Le nombre de références: Votre libraire a accès au même nombre de références et à la même base de données de l’édition française que celle utilisée par AMAZON.

3) Les délais: Votre libraire vous procure votre livre immédiatement s’il l’a en stock et sous 2 à 4 jours s’il doit le commander.

4) L’écologie: Votre libraire reçoit les livres par palette de 400kg soit environ 1000 ouvrages tous formats confondus ce qui est bien plus écologique que d’envoyer 1000 colis par pack poste.

5) La suppression d’emplois :
Toute création d’emploi chez AMAZON supprime quasi mécaniquement 1,5 à 2 emplois chez votre libraire, mais ceux-là on n’en parle pas : c’est la petite librairie qui ferme, discrètement et sans tapage ou qui licencie progressivement…. et il est politiquement plus porteur pour un élu local ou un ministre d’annoncer la création de 1000 emplois d’un coup que la suppression connexe de 2000 libraires.

6) La délocalisation économique et l’aberration des subventions des collectivités locales:
Toute commande effectuée sur le site de ce cybermarchand diminue indirectement la recette fiscale locale, donc augmente vos impôts locaux et diminue également la recette fiscale du pays puisque cette société, dont le siège européen est basé au Luxembourg paie une part infime de l’impôt sur ses bénéfices en France, grâce à une optimisation fiscale extrêmement sophistiquée.
Et pourtant, malgré ce comportement peu éthique, l’implantation du dernier site d’AMAZON à CHALON sur SAONE en France est subventionnée par nos élus locaux à des niveaux stupéfiants : 4500€ par emploi créé **(ou plus exactement pour la suppression de 2 emplois !) et cela avec vos impôts. Cherchez l’erreur……..

7) La survie de votre centre-ville :
Une ville ne survit que grâce à son animation commerciale et culturelle. En tant que client, vous en êtes un des acteurs essentiels : Prenez-en conscience ! Votre centre-ville c’est le forum des Romains ou l’Agora des Grecs : c’est un creuset indispensable au vrai lien social. Votre libraire est au centre-ville et en est un des animateurs vitaux avec des libraires en chair et en os pour vous conseiller et vous accueillir. C’est autre chose qu’un entrepôt logistique avec lequel vous dialoguez par écran interposé.

8) Etes-vous vraiment un hyper-capitaliste ?
Amazon, c’est 48 milliards de $ de chiffre d’affaires. Avez-vous vraiment envie d’apporter votre obole à ce géant qui essaie par tous les moyens de vous lier à son business (tablette numérique non ouverte, déréférencement des éditeurs qui n’accepteraient pas leurs conditions, etc….) et qui de plus se comporte en spécialiste de l’évasion fiscale légale et organisée?

En conclusion, pour trouver un bon livre, n’allez pas en Amazonie, allez chez votre libraire!

*Votre libraire vous consent le maximum de remise autorisée sur le livre, soit 5%, par le biais de sa carte de fidélité.
**(la tribune 25/06/2012)

Dualités, Polymorphismes, Incertitudes et Chats

Dualité.

L’informatique est faite de données. Au départ quelques données, et maintenant de plus en plus. Mais qu’est-ce qu’une donnée ? En maths, le concept est assez clair. La donnée, c’est l’ensemble des informations réputées connues. On voit donc apparaitre dès le début un double aspect à la notion de donnée. D’une part l’information, d’autre part sa connaissance.

L’informatique donne aussi à la donnée un dédoublement de nature. Il y a la forme de stockage de l’information, et son sens. Une part non négligeable de l’informatique a trait à la forme de stockage des informations; comment est encodé un nombre, un texte, un caractère ? Cette problématique, qui est intrinsèquement lié au fonctionnement de l’ordinateur, s’étend aussi aux formats applicatifs – c.-à-d. les conventions d’encodage de l’information liées aux applications et plus au fonctionnement des composants de l’ordinateur. Entrent dans cette dernière catégorie les différents formats de fichiers, et les codecs.

Read more »

Chronologie des médias et licence globale 1/N

Une des piste avancée par certains comme porte ouverte pour la mission Lescure est la mise en place d’une licence globale pour les films anciens. L’idée serait alors de rajouter à la chronologie des média une dernière fenêtre dans laquelle les films seraient échangeables en dehors des circuits marchands, les ayants droits étant dédommagés par un prélèvement spécifique, comparable à ce qui est mis en place pour l’exception copie privée. Une sorte de nouvelle exception échange non marchand des vieux films et sa taxe associée.

Au delà de ma frilosité pour les mécanismes de licence globale, ce mécanisme me semble être une mauvaise idée.

Read more »

Etude sur les Digital Natives par l’HADOPI

Nota: Une chose n’est peut être pas claire dans cet article et je souhaite apporter une précision. Je ne dis pas que l’article de PCinpact essaie d’induire en erreur le lecteur sur les citation qu’il fait. Marc m’a précisé qu’il a très souvent essayé d’obtenir des CCTP sur de précédents marchés, sans succès. Il a même engagé des procédures devant la CADA pour tenter d’en obtenir certains. Ceci peut expliquer sans problème qu’il n’ai pas, dans ce cas précis, récupéré ou tenté de récupéré le CCTP. L’information n’était pas d’ampleur suffisante j’imagine. Ce qui m’a chagriné c’est que sur la base de son article des conclusions erronées ont pu être tirées du fait de l’absence de ce document.

Cahier des Clauses Particulières Etude Digital natives 15-24 ans

De même, il convient de noter que l’article de Guillaume, qui se plaignait juste du manque de précision de l’annonce légale, se passe très bien de référence au CCTP.

Hier lundi 8 octobre, j’ai commencé la journée en survolant rapidement l’article de PCinpact sur une nouvelle étude lancée par l’HADOPI. L’article parlait d’un appel d’offre pour une étude sociologique sur les jeunes et les usages d’internet et des biens culturels dématérialisés. J’avoue que je n’ai pas lu l’article en entier, survolant juste les premières lignes.

Le sujet ne me passionnait pas, tout juste une telle étude me paraissait intelligente de prime abord. Un peu plus tard je tombais sur l’article de Numérama, sans en faire plus de cas. Read more »

La Neutralité du Net expliquée à mon fils

Ou plus exactement au fils de ma compagne, un gosse de 12 ans plein de besoin de comprendre et de No Bullshit.

Le point de départ, c’est une randonnée dans les Pyrénées, cet été lors de nos vacances. Il voulait savoir comment aller sur internet avec sa DS. Il faut comprendre que sa notion de ce qu’est internet est assez vague, la faute, un peu, à l’école qui amalgame joyeusement google et internet, et surtout la notre, le manque de temps dans la vie de tous les jours pour aborder ces sujets, surtout un week-end sur deux, famille recomposée oblige.
Read more »

Télévision connectée : Réponses sous le billet de Laurent Chemla

Laurent Chemla a écrit un billet très intéressant sur sa vision de la télévision connectée : Révélations sur la télévision connectée – Laurent Chemla – OWNI.

Je reprends ici mes contributions sous ce billet, non par parasitisme, mais pour garder sous la main ce que j’ai pu écrire. J’ai longtemps voulu m’exprimer ici sur le sujet, mais construire et structurer ce que j’ai à exprimer est plus dur que répondre au billet d’un autre, donc voilà. Mais je reviendrai sur ce sujet, à n’en pas douter. Read more »

L’exception culturelle tue la VOD

La France a mis en place depuis les années 80 un mécanisme de financement de la filière cinématographique qui fait de la France une réelle exception: une création cinématographique florissante, et un marché interne ou la production nationale a trouvé et maintient sa place.

MARCHÉ DU CINÉMA

Les mécanismes de financement mis en place au cours des ans sont complexes, nombreux, et couvrent des sommes très importantes au regard du chiffre d’affaire de la filière.

Read more »